Des coopératives pour la sécurité alimentaire


20 ans après le génocide, le Rwanda parvient peu à peu à se reconstruire. Néanmoins, les défis à surmonter restent nombreux.

Parmi ceux-ci, une des priorités est de renforcer la sécurité alimentaire dans le pays. En effet, les dernières statistiques de l’agence des Nations Unies pour le Développement indiquent que 34% de la population reste encore à ce jour en situation de malnutrition.

FH Suisse, membre de la Fédération Genevoise de Coopération (FGC), concentre son action précisément sur cet enjeu de développement. En 2013 et 2014, grâce au soutien qu’elle a reçu via la FGC notamment, FH Suisse a pu mener à bien un projet de sa partenaire rwandaise dans une province du sud de ce pays visant à appuyer des coopératives agricoles.

Les avantages du regroupement en coopératives
Dans les districts de Muhanga, Ruhango et Kamonyi, une première phase des activités a été dévolue au regroupement de producteurs agricoles au sein de 63 coopératives, chacune détenant ses propres champs.
Grâce à ces champs mis en commun, les familles membres de coopératives peuvent compter sur un complément venant s’ajouter à leur production personnelle. Les coopératives offrent aussi à terme d’autres bénéfices utiles, comme la mise en commun de certaines productions, un accès facilité au crédit auprès d’institutions bancaires et même une épargne spécifique destinée à couvrir les frais de scolarité et de mutuelle santé des enfants.

Assurer un bon fonctionnement des coopératives
FH a formé avec succès 1350 membres de ces coopératives au bon fonctionnement de telles organisations, par exemple en offrant des cours sur l’épargne, le crédit et la comptabilité. Les membres des comités et des instances de surveillance des coopératives ont également été sensibilisés aux aspects qu’implique le leadership. FH a judicieusement veillé à l’inclusion et à la participation des femmes au sein de ces instances de décision.

L’agroécologie : une voie prometteuse
Les coopératives permettent également d’innover et d’expérimenter de nouvelles méthodes et partager des bonnes pratiques en matière d’agriculture. FH a souligné l’importance d’assurer des efforts aussi bien à moyen-terme qu’à long-terme, notamment pour lutter efficacement contre l’érosion et la baisse de fertilité des sols qui affectent les récoltes dans la région. À cet effet, l’agroécologie est une voie prometteuse pour lutter contre de tels maux et elle a donc été choisie comme axe de développement. En suivant les courbes de niveaux des terrains, diverses essences d’arbres ont été plantés sur près de 60 kilomètres. Ils aideront à diversifier les sources de revenus et à fertiliser les sols des champs cultivés.

Régénérer les terres et améliorer les rendements
Toujours avec le souci de régénérer les terres et donc d’améliorer les rendements de la production agricole, des porcs et des chèvres ont également été répartis pour constituer des petits élevages et contribuer à ce processus d’amélioration. Les membres des coopératives ont en outre appris des techniques qui ont permis de réaliser 200 composts et de créer des potagers circulaires.
Concernant les cultures, l’accent a été mis sur la diversification et sur les semences de qualité. De nouvelles variétés de manioc et d’ananas ont été introduites, auxquelles s’ajouteront les cultures maraîchères (choux, petits pois, oignons et amarante).

Quand il arrivera à son terme, ce projet de développement aura contribué à améliorer la sécurité alimentaire de 7’000 personnes. FH Suisse remercie chaleureusement La Fédération genevoise de coopération pour son soutien à ce projet.

 

Details

Projets et Histoires

Besoin

pour le Sud Soudan

Les combats acharnés et la détérioration des conditions humanitai ...

Projet

Parrainage communautaire au Rwanda

Ce programme de parrainage communautaire soutient 395 familles à ...

Histoire

Retour sur l'atelier de Mbale

Au début du mois de juillet a eu lieu le 4ème Atelier de partage ...