Atelier plantes sauvages comestibles par Amélie Dorier, formatrice en permaculture, VD

Lors de notre événement pour la journée mondiale de l’alimentation à la ferme de la Touvière, nous avons eu un atelier très original, une visite de plantes sauvages comestibles suivie de la préparation d’un pesto d’orties.
Pour la visite, Amélie Dorier, a commencé par emmener les curieux vers les terrains en maraîchage pour leur montrer quelques plantes utiles qui poussent près de chez nous.

La première était le plantain lancéolé (Plantago lanceolata). Facilement reconnaissable à ses 5 rainures parallèles et à sa feuille en forme de lance, il est utile en cas de piqûres d’orties, de moustiques, d’abeilles.
Il faut l’écraser ou le mâcher pour faire sortir le jus et l’appliquer directement sur la peau. On peut aussi en faire des pestos ou l’ajouter à la salade, la fleur et la feuille ont des arômes qui rappellent le champignon.

Le groupe a ensuite observé l’oseille commune (Rumex acetosa) qui a une saveur acide. Par contre il ne faut pas en manger trop car elle contient de l’acide oxalique qui en trop grande quantité peut donner des problèmes de reins. Nous avons cueilli une feuille par personne pour assaisonner le pesto d’ortie.

Sur le chemin du retour nous avons encore observé l’aubépine ou épine blanche qui à cette saison est parée de petits fruits rouges. Ces derniers, pas très goûteux crus sont excellents en gelées et confitures. Ils développent un arôme entre la rhubarbe, la fraise et la rose. Chaque baie contient un ou plusieurs noyaux, il faut donc les cuire entier puis les passer au passe vite et faire la confiture en ajoutant du sucre.

L’aubépine (Crataegus monogyna) ou (Crataegus laevigata), a des feuilles caractéristiques très découpées qu’il est important d’avoir dans l’œil avant de se lancer dans la cueillette de ses fruits, les deux espèces s’utilisent de la même façon.

Pour finir le groupe est allé cueillir des orties pour en faire un pesto. Les plus téméraires ont pu essayer la technique pour les cueillir sans gant, en les caressant dans le sens du poil. En cas d’ortie réticent, le plantain était le bienvenu pour soulager immédiatement les piqûres.

Pour faire le pesto, il faut hacher finement les orties et l’oseille au couteau, ajouter beaucoup d’huile d’olive, du sel, des noisettes concassées, tartiner le tout sur du pain et déguster !

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>