Visite à des coopératives agricoles au Nord du Rwanda

Durant ma dernière semaine de stage, j’ai eu la chance de pouvoir participer au voyage d’étude des coopératives. Avec 50 membres des coopératives et mes collègues David et Marcelline, nous sommes partis 4 jours au Nord du Rwanda. Là-bas nous avons rendu visite à trois coopératives agricoles qui ont réussi à se développer avec succès en passant de la simple production agricole à la transformation ou à la commercialisation de leurs produits.

La première coopérative visitée produit de la farine de maïs. C’est grâce à des crédits, qu’elle a pu s’offrir un moulin. Aujourd’hui, elle achète le maïs produit par plusieurs petites coopératives et parvient même à exporter de la farine de maïs en Ouganda. La deuxième coopérative rencontrée cultive toutes sortes de légumes et a construit son propre marché couvert, où elle les vend. La dernière que nous avons visitée s’occupe de la production de plants de pommes de terre. Sur des vastes champs, elle cultive une très grande variété de pommes de terre. Elle possède également une serre qui lui permet de tester des nouvelles variétés de semences, en collaboration avec un agronome.

Production des plants de pommes de terre.

Un contexte très différent

Pour les membres des coopératives venus pour trouver des nouvelles idées et tirer profit des expériences d’autres paysans, ces visites ont été très intéressantes : beaucoup de questions ont pu être posées et les discussions ont été intenses. Mais ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que l’environnement n’est pas le même dans l’ensemble du Rwanda : au Nord, les terres ne manquent pas, alors qu’au Sud, où sont basées les coopératives soutenues par FH, la pénurie des terres représente une grande difficulté. Le climat est aussi très différent et ce ne sont pas forcément les mêmes cultures qui sont favorisées dans ces deux régions. En outre, il faut souligner que les coopératives du Nord qui ont réussi à développer leurs activités ont bénéficié non seulement du soutien d’organisations non gouvernementales, mais aussi du gouvernement rwandais.

Les membres des coopératives écoutent les explications concernant la production de la farine de maïs.

Un encouragement pour les coopératives

Ce voyage d’étude a malgré tout été une très bonne opportunité pour les membres des coopératives soutenues par FH: ils ont pu profiter du savoir-faire d’autres paysans et ont été encouragés à franchir le pas pour développer de nouvelles activités en dehors de la production agricole, tout en ayant pris conscience du fait qu’il s’agissait souvent d’un processus long et difficile.

Jeannette von Däniken a terminé son stage à FH Rwanda. Ceci était donc son dernier texte. Nous la remercions pour sa précieuse contribution.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>