Il est temps de planter le manioc !

Jeannette von Däniken est actuellement en stage chez FH Rwanda. Etudiante de Master en socio-économie à l’Université de Genève, elle s’intéresse particulièrement aux questions agricoles. Dans le cadre de son stage, elle soutient les collaborateurs locaux dans le projet d’appui aux coopératives agricoles de la Province du Sud, soutenu par la Fédération genevoise de coopération (FGC). Elle nous présente ici les activités en cours pour ce projet.

Fournir les intrants
Au Rwanda, le mois d’octobre marque le début de la petite saison des pluies. Au niveau du calendrier agricole, de nombreuses cultures doivent ainsi être plantées ou semées maintenant, afin de bénéficier de l’abondance d’eau pour leur première phase de croissance. Pour les collaborateurs de FH Rwanda du bureau de Muhanga, ce n’est donc pas le travail qui manque : ils doivent acheter puis distribuer le fumier et les semences destinés aux 63 coopératives partenaires du projet.

Nourrir le sol
Pour les paysans, le travail commence une fois les intrants livrés à proximité du champ de leur coopérative. Tout d’abord, le fumier est pesé, afin de contrôler la valeur de la livraison. Puis, les membres des coopératives mettent le fumier dans des sacs et des paniers et le transportent sur leurs têtes vers les champs. Sur place, à l’aide d’une houe, le fumier est mélangé à la terre. Et enfin, les pieds de manioc, le maïs et les haricots peuvent être plantés.

Champs de maïs fraichement plantés

Renforcer l’autonomie
Les activités prévues par le projet ne se limitent pas à l’encouragement à une agriculture performante et durable, mais cherchent aussi à transmettre aux membres des coopératives des outils leur permettant de renforcer leur autonomie, afin qu’ils parviennent à une amélioration globale de leur niveau de vie. Dans cette perspective, les membres des coopératives participent actuellement à des formations sur l’entreprenariat, la comptabilité, l’épargne et le crédit et le fonctionnement coopératif. Grâce à ces connaissances, les coopératives seront en mesure d’obtenir des prêts auprès de la Banque populaire rwandaise ou des « Savings and Credit Cooperatives » existant dans chaque district. Elles sauront aussi mieux s’organiser et contrôler leurs dépenses et leur épargne.

Les leaders de huit coopératives du secteur de Kabacuzi (district de Muhanga) assistent à une formation concernant les différents aspects de la gestion d’une association.

 

Découvrez régulièrement les dernières nouvelles du projet sur notre blog !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.