La souveraineté alimentaire nous concerne tous

Retrouvez l’entretien de Roger Zürcher, notre chargé de projet, pour le journal Christianisme Aujourd’hui

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

« Ensemble nous pouvons faire mieux ! »

Premières nouvelles du projet d’aide à la réinsertion des femmes à Katogota

Le projet vient de démarrer et il suscite déjà beaucoup d’engouement, d’espoir et de joie.
Les formations des animatrices sur les pratiques agro écologiques et sur l’organisation des associations villageoises d’épargne et crédit sont terminées et elles vont pouvoir commencer à former à leur tour les 90 bénéficiaires du projet prochainement.
Madame Mugoli, la présidente de l’organisation OBC Majengo témoigne :
« Nous accompagnons nos sœurs victimes de la méchanceté humaine depuis plus de dix ans. Pourtant nous n’avons jamais eu autant de satisfaction à venir vers elles avec un bagage aussi constant et prometteur que celui que nous allons leur présenter. Nous irons vers elles pour leur dire nous allons restaurer nos sols devenus infertiles, nous allons mieux produire et nos vies vont changer ! Nous allons leurs dire ayons confiance en nous-mêmes, nous ne sommes pas si pauvres et nous pouvons faire des merveilles ensemble ! Nous pouvons épargner pour ne pas vivre au jour le jour. Ensemble nous allons faire mieux. Je sais qu’avec les formations que nous avons reçues grâce à la générosité de FH Suisse et de ses donateurs, nos vies vont changer et nous allons avoir un avenir meilleur ».

Madame Mugoli

 

 

 

 

 

 

 

 

Demonstration des pratiques agroécologiques

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Visite de nos projets en Afrique

Roger en Ouganda

Notre collègue, Roger Zürcher, chargé de programmes pour FH Suisse est parti en novembre 2021 en Afrique pour visiter nos projets. Il répond à nos questions sur son voyage.

Tu as fait bon voyage ? Combien de temps es-tu parti ? 

Je suis parti du 1er au 17 novembre. J’étais accompagné par Nicola Malacarne, responsable « Suivi-Evaluation-Apprentissages » d’Interaction. FH Suisse est membre de cette faîtière en Suisse.

Quels pays et quels projets as-tu visité ?

Je suis parti visiter nos collègues de FH au Rwanda et en Ouganda pour parler de l’avancement des projets. Nous avons aussi pu visiter les paysan-nes concerné-es dans différentes régions.

Quels changements as-tu pu observer ?

Un exemple au Rwanda : Des changements positifs sont visibles dans la situation des paysan-nes. Leur vie s’améliore, grâce à la mise en pratique de l’agroécologie, qui permet de restaurer progressivement la fertilité des sols. A l’Est du Rwanda, nous avons démarré un travail d’appui aux coopératives paysannes depuis 2016 et les résultats sont visibles en termes d’amélioration des cultures et donc des récoltes et des revenus et finalement de la situation des familles. Nous commençons à partir de 2021 à le faire aussi à l’Ouest dans une région où les paysans cultivent sur des sols épuisés et qui ont besoin de restauration.

 Quels sont les challenges qu’il reste à surmonter ?

Les améliorations pourraient être plus rapides, s’il n’y avait pas les changements climatiques. Ils provoquent de l’irrégularité dans la répartition des pluies et parfois, les périodes sans pluie empêchent tout récolte. Certains paysans visités en Ouganda ont semé du maïs, l’ont sarclé, mais à la fin n’ont rien récolté, parce qu’il a séché avant de mûrir. Ils vont devoir vendre du bétail pour survivre. L’agroécologie devrait leur permettre de renforcer la résilience de leurs cultures et donc de l’ensemble de la ferme.

Un souvenir à nous raconter ?

Nous sommes partis dans la montagne au Rwanda pour visiter des paysans impliqués dans un nouveau programme à l’Ouest et la voiture est tombée en panne sur la route. Nous avons donc terminé le chemin à pied et sommes finalement arrivés dans les champs auprès des paysans concernés. Une arrivée à pied, entouré par les enfants, crée une autre dynamique et nous a permis d’avoir  des échanges particulièrement riches et profonds avec les différents acteurs du projet ce jour-là.

Merci d’avoir répondu à nos questions et pour les photos aussi !

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

« Apprenons à lire », un programme pour l’avenir – Burundi

Vous souvenez-vous d’avoir appris à lire ? Comment cela se passait-il ? Quelqu’un vous faisait-il la lecture ? Avez-vous un livre préféré ? Un professeur préféré qui vous a aidé ? Beaucoup d’entre nous repensent à cette période de notre enfance avec de bons souvenirs, mais nous ne savions pas ce qu’il se passait dans notre cerveau lorsque nous apprenions à lire.

Contrairement à la croyance populaire, l’apprentissage de la lecture n’est PAS quelque chose qui se fait automatiquement. En fait, lorsque nous apprenons à lire, nous recâblons littéralement notre cerveau. Pour ce faire, nous devons avoir de bons enseignants, des livres qui nous intéressent et beaucoup de pratique à l’école et à la maison.

Pourquoi la lecture est-elle si importante ? Parce qu’elle est à la base de tous les autres apprentissages. La lecture en bas âge est essentielle pour la rétention et la réussite dans les classes suivantes. Les enfants qui sont de mauvais lecteurs à la fin du CP n’acquièrent presque jamais des compétences de lecture de niveau moyen à la fin de l’école primaire. Les enfants qui n’acquièrent pas de compétences en matière d’alphabétisation, notamment en lecture et en écriture, avant la troisième année ont du mal à rattraper leur retard les années suivantes. Selon l’UNESCO, 171 millions de personnes pourraient sortir de la pauvreté si tous les élèves des pays à faible revenu quittaient l’école avec des compétences de base en lecture. Cela représente une réduction de près de 12 % de la pauvreté dans le monde.

Une crise de l’apprentissage

Malheureusement, tous les enfants n’ont pas accès à un enseignement et à des livres de qualité pour acquérir ces compétences fondamentales. En fait, de nombreux enfants dans le monde vont à l’école sans apprendre à lire. Environ 387 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire ne savent pas lire correctement. Parmi eux, seuls 262 millions sont scolarisés.

Il s’agit d’une crise de l’apprentissage. Les faibles niveaux d’apprentissage touchent de manière disproportionnée les enfants issus de ménages pauvres. Cela a des effets à vie sur les individus, mais contribue également à la spirale descendante de la pauvreté dans les communautés. Le programme pilote de FH, intitulé « Apprenons à lire », s’attaque à ce problème.

Améliorer les compétences grâce au programme « Apprenons à lire »

Le programme « Apprenons à lire » est un programme de formation des enseignants qui vise à renforcer leurs compétences en matière d’enseignement de la lecture pour les enfants de la première à la troisième année. Au début de cette année, l’équipe de FH Burundi a piloté ce programme. De janvier à juin 2021, le personnel de FH a travaillé avec le ministère de l’éducation pour soutenir la formation continue et le mentorat des enseignants par des visites régulières dans les classes et par des communications par SMS pour maintenir ce soutien.

Au cours de ces formations, les enseignants ont appris comment les enfants apprennent à lire et se sont exercés aux méthodes les plus efficaces pour enseigner la lecture dans les premières classes. Ils ont également appris à fabriquer des supports pédagogiques simples et peu coûteux à partir de matériaux que l’on peut trouver dans la communauté locale pour soutenir l’apprentissage de la lecture dans leurs classes.

 

 

 

 

 

 

Les premiers résultats sont prometteurs

Ce projet pilote a donné des résultats fructueux. Le directeur de l’école primaire Cédar Sengoro, à Muhuzu, a écouté les élèves de troisième année de « Apprenons à lire » lire à haute voix. Leur niveau de compétence était si bon qu’il s’est demandé s’ils n’avaient pas mémorisé les passages. « J’ai dû leur donner un autre texte de mon choix, car je ne croyais pas ce que j’entendais ! » a déclaré le directeur. Il a rapporté que la lecture des élèves de troisième année était « bien meilleure que celle de nos élèves du secondaire ».

FH a mené une étude pour déterminer l’impact de ce programme sur les compétences en lecture des enfants. L’étude a montré que davantage d’enfants ont acquis des compétences essentielles en lecture dans les écoles du programme « Apprenons à lire » que dans les écoles de comparaison (où les enseignants n’ont pas été formés). 14 % d’enfants supplémentaires en première année étaient capables de lire des mots fréquemment utilisés, et 13 % d’enfants supplémentaires en deuxième année étaient capables de lire des phrases simples.

Dans une culture où l’éducation des filles est souvent un défi, les résultats ont montré que « Apprenons à lire » faisait une différence pour les filles comme pour les garçons. Dans les écoles participant à « Apprenons à lire », l’augmentation de la proportion d’enfants capables de lire des mots fréquemment utilisés était de 21 % pour les filles et de 26 % pour les garçons, contre seulement 9 % pour les filles et 10 % pour les garçons dans les écoles n’ayant pas bénéficié du programme. L’augmentation de la proportion d’enfants capables de lire des phrases simples et complètes dans les écoles participant au programme « Apprenons à lire » était de 22% pour les filles et de 26% pour les garçons, contre seulement 14% pour les filles et 6% pour les garçons dans les écoles ne participant pas au programme.

 

 

 

 

 

 

Élargir « Apprenons à lire »

Pour la prochaine étape FH Burundi prévoit d’étendre ce projet à d’autres zones géographiques cette année, afin de toucher encore plus d’enseignants et d’enfants. FH prévoit également d’étendre le projet à d’autres pays au cours de 2022.

Article de Lisa Easterbrooks traduit de l’anglais

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Ils sont sortis de l’extrême pauvreté grâce à vous !

Les habitants du village de Kibiniko à l’est de l’Ouganda sont transformés et reconnaissants.
Grâce au programme de parrainage communautaire, commencé en 2010, et aux interventions
dans les domaines de la santé, de l’éducation, des infrastructures, de l’agriculture et des moyens de subsistance, les familles de Kibiniko sont sorties de l’extrême pauvreté et le projet a atteint tous ses objectifs initiaux !

Retour sur les principales réalisations :

Education/santé:

L’’objectif était d’augmenter le niveau d’alphabétisation dans la communauté, améliorer le niveau de santé général des enfants et d’éviter l’absentéisme.  Pour arriver à la réalisation de ces objectifs ; les enfants ont été pris en charge pour les frais de scolarité, le matériel scolaire et les uniformes. Les frais de santé ont aussi été payés pour les enfants de la communauté.Une école, de nouvelles salles de classe, des latrines ont été construits et un jardin potager a été mis en place dans l’école pour fournir aux enfants des repas variés et sains.
Dans le même temps, les parents ont été sensibilisés aux enjeux de l’éducation, de la nutrition et de l’hygiène

 

 

Les écoliers de Nashisa et de Kibiniko avec leurs nouveaux uniformes.

Activités génératrices de revenus et moyens de subsistance:

L’objectif était d’améliorer le niveau de vie de la communauté et promouvoir l’indépendance et la stabilité financière des habitants.
Pour cela, 17 groupes d’épargne ont été créés.  Les groupes sont très déterminés et épargnent régulièrement et leur épargne ne cesse de croître. Ils sont en majorité composés de femmes. Chaque groupe compte entre 25 et 30 membres, ce qui a augmenté leurs revenus et leurs investissements.

Rencontre d'un groupe d'épargne et de crédit

 

 

 

 

 

 

 

Grâce à l'argent épargné, Irène a pu ouvrir son petit commerce et réparer sa maison.

 

 

 

 

 

 

 

Le projet vaches laitière a permis une hausse de la nutrition et du niveau de revenus des habitants, ainsi que l’amélioration des récoltes avec du fumier et l’agriculture biologique. La communauté de Kibiniko compte actuellement 660 vaches laitières grâce à l’impact de la multiplication des animaux qui dès qu’ils mettent bas sont donnés à un autre membre de la communauté. Le fumier permet d’améliorer les récoltes et de fabriquer aussi du biogaz pour la cuisine et l’électricité dans les maisons.

Racheal peut cuisiner grâce au biogaz.Les enfants de Martin boivent du lait tous les jours.

Les récoltes plus abondantes grâce à l'agroécologie.

La vache de Faizo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à tous!

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Changement de logo !

 

Vous l’avez sûrement remarqué, nous débutons le printemps avec un nouveau logo !

Plus clair et plus lisible, vous le retrouverez sur toutes nos publications en version française, anglaise et allemande.

Un design plus frais : FH Suisse avec l’explication Food for the Hungry en dessous pour nous reconnaitre du premier coup d’œil.

Nous espérons que vous l’apprécierez !

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Un nouvel espoir grâce au parrainage communautaire

Saverien a 44 ans et vit avec sa femme et ses 3 enfants dans la communauté de Murambi dans le secteur de Nyagihanga, district de Gatsibo à l’est du Rwanda. Sa famille était une des plus pauvres de la communauté et il a rejoint le programme de parrainage communautaire en 2016.

« Avant ma famille était très pauvre et je m’en voulais de ne pas pouvoir subvenir à leurs besoins. Je cultivais une petite parcelle avec du maïs et des haricots mais les récoltes étaient juste suffisantes pour nourrir ma famille et je n’avais rien à vendre pour générer des revenus et subvenir aux besoins essentiels de ma famille (vêtements, assurances, matériel scolaire…). Le manque de diversité alimentaire et la malnutrition ont causé des soucis de santé à mes enfants et ils étaient souvent absents de l’école.
J’ai commencé à suivre les formations de FH sur la gestion de l’élevage, les techniques agroécologiques et les groupes d’épargne. D’autres formations sur la préparation équilibrée des repas, une bonne hygiène et l’entretien sanitaire ont contribué à réduire la malnutrition et les maladies liées. J’ai reçu une formation sur les jardins potagers ainsi que des graines qui ont permis à ma famille d’avoir des légumes variés à la maison et bon marché. FH m’a également donné une vache pour le lait et le fumier pour améliorer mes récoltes, mes revenus et la santé de mes enfants.  La vache a mis bas et en vendant le petit j’ai eu assez pour acheter des tôles en fer pour finir de couvrir ma maison et on se sent plus en sécurité maintenant. Je suis vraiment reconnaissant de cette deuxième chance que m’a donné FH de bien m’occuper de ma famille. Maintenant j’ai de l’espoir pour l’avenir, je voudrais agrandir mes terres et élever aussi des porcs et je veux que mes enfants aillent à l’université ! Maintenant je sais que c’est possible ! ».

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

« D’un kilo de semences d’oignon, je suis devenue millionnaire! »

A travers son programme de parrainage communautaire, FH Suisse soutient les familles de Ntembe au Burundi pour améliorer leur quotidien dans les domaines de la santé, l’éducation, l’agriculture, les infrastructures et de la gestion financière.
Voici le témoignage d’une bénéficiaire du projet qui a vu sa vie changer radicalement.


Jacqueline NDAYISHIMIYE, 32 ans ; vit à Ntembe avec son mari et ses 5 enfants – 3 garçons et 2 filles-. C’est une des agricultrices modèle sélectionnée par FH.
« Avant d’être un agricultrice- modèle, j’étais une femme de ménage sans espoir et sans vison. Je cultivais comme tout le monde et mes récoltes étaient maigres. FH m’a appris différentes techniques agricoles durables dont les pratiques de maraîchage. Après ces formations  m’est venue l’idée de faire  du maraîchage pour mettre en pratique ce que j’avais appris.
J’ai commencé à cultiver une superficie des 2 Ares avec les graines de chou que je me procurais. Petit à petit, je suis devenue un modèle pour la communauté en matière de maraîchage grâce aux pratiques apprises. En mars 2020, FH m’a donné des semences d’oignon (rouge et blanc) et des aubergines africaines et je me suis mise au travail. J’ai préparé des plate- bandes en pépinière comme je l’avais appris. J’ai semé, arrosé, repiqué, sarclé, paillé, j’ai lutté contre les pestes et les ravageurs avec des pesticides biologiques de Neem et de tabac.  Et quelle surprise ! J’ai  récolté 3,5 tonnes d’oignons. J’ai vendu 3 tonnes à 500FBU le kg, soit 1.500.000 FBU (env. 7800$) Je suis devenue millionnaire !  Je ne l’avais jamais rêvé.  Avec cet argent j’ai acheté 10 chèvres et un lopin de terre pour agrandir mes terres cultivables.
Depuis ce jour, ma famille ne manque de rien et je n’ai plus aucune difficulté pour payer le matériel scolaire, les uniformes et les frais de scolarité de mes enfants. 
Je suis très fière de ce que j’ai réalisé. Les membres de ma communauté viennent chez moi pour acheter des légumes. Certains en profitent pour apprendre à les cultiver. Ainsi, j’encadre  5  disciples.
Pour le futur, je suis en train de chercher un moyen de déplacement pour faciliter le transport des récoltes vers les marchés des régions éloignées car avec l’extension de mes terres cultivables je suis confiante que ma production agricole va augmenter jusqu’à 20 tonnes d’oignons par an, sachant que nous avons deux saisons culturales d’oignon.
Je remercie très chaleureusement FH et ceux qui les financent Soyez tous Bénis. »

Vous aussi, soutenez les familles comme celle de Jacqueline en faisant un don ici. Merci pour votre engagement!

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Dernières nouvelles du Liban

Le 4 août, deux explosions massives dans des entrepôts contenant du nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth ont causé des dommages importants aux bâtiments et aux infrastructures de la capitale. Les explosions ont causé la mort de plus de 200 personnes, blessé plus de 6 000 autres et laissé jusqu’à 300 000 personnes sans abri. Les explosions ont rasé des sections entières de la ville, détruit d’importants silos à grains et submergé des hôpitaux. Au moins trois grands hôpitaux et 15 centres médicaux ont subi des dommages structurels partiels ou importants.  Comme le Liban importe la plupart de ses denrées alimentaires, les dommages causés au port pourraient donc aggraver l’insécurité alimentaire qui s’aggravait déjà au milieu de la pandémie COVID-19  au Liban et d’une crise socio-économique prolongée.

Depuis le 5 août, l’unité d’aide d’urgence de FH  est déjà en action. Avec MERATH,  son partenaire sur place, ils évaluent activement les besoins, nettoient les maisons et les bâtiments endommagés et/ou livrent des repas chauds dans les zones touchées. Les évaluations préliminaires rapides des besoins soulignent que l’accès à la nourriture, la remise en état des abris et les articles d’hygiène sont des besoins essentiels.

La réponse d’urgence prend plusieurs formes :

Distribution de bons d’alimentation. Les partenaires de MERATH fourniront aux populations touchées des bons d’alimentation pour l’achat de produits alimentaires essentiels dans les épiceries partenaires.
Réhabilitation des abris. La collaboration avec un groupe de travail sur le secteur du logement, des ingénieurs, des entrepreneurs expérimentés et des partenaires de l’église locale,  vise à soutenir la réhabilitation des maisons endommagées afin d’offrir aux ménages touchés une meilleure sécurité, une meilleure isolation et une plus grande intimité. L’action se concentrera sur la réparation des portes et des fenêtres, et éventuellement sur le rétablissement des connexions électriques et de la plomberie, si nécessaire. Les églises partenaires fourniront de la main d’œuvre et un soutien de suivi aux familles bénéficiaires.
Kits d’hygiène : Les partenaires distribueront des kits d’hygiène d’urgence pour aider à protéger les populations affectées et autres populations vulnérables de la pandémie covid-19 qui s’aggrave rapidement.
Programme d’hivernage
Les partenaires distribueront des articles essentiels pour l’hivernage – notamment des couvertures, des matelas, des chauffages et des bons d’essence – aux populations touchées et autres populations vulnérables en fonction des besoins identifiés.

Merci pour vos dons
 
*MERATH (Middle East Revive and Thrive)

 

distribution de nourriture à Beyrouth

 

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Fin de projet : Appui aux coopératives agricoles au Rwanda

Le projet a débuté en 2016  dans les  districts de Gatsibo & Nyagatare dans la Province de l’Est et  avait plusieurs objectifs :
- Renforcer les capacités de 14 coopératives existantes pour gérer efficacement leur entreprise,
-  Augmenter la productivité des coopératives (en termes de volume de production),
- Augmenter la productivité des coopératives (en termes de revenu et de capital partagé),
- 100 paysans ont été appuyés pour former 3 nouvelles coopératives.

Entretien avec Jean Claude, fermier modèle au Rwanda ayant participé au projet

Grâce aux différentes activités, le projet a obtenu de nombreux résultats positifs:
- Les formations sur la comptabilité et la tenue des registres ont permis d’améliorer la gestion.
- Les formations sur les pratiques agroécologiques ont permis d’augmenter les rendements, diversifier la production (champignons) et de lutter contre l’érosion (agroforesterie).
- Les bénéficiaires ont aussi reçu du matériel : moulins pour les producteurs de maïs, matériel de stockage, tubes pour la fabrication de champignons, ruches pour l’apiculture, semences, compost, arbres agroforestiers, vaches…
- Les voyages d’étude et d’échange d’expériences et les visites à des foires, des moulins, des entreprises de production de bananes (etc.) ont fait passer les membres du manque de confiance  à l’envie d’entreprendre.
- 9 coopératives sont officiellement reconnues, elles ont maintenant une personnalité juridique qui leur permet de collaborer avec différentes institutions notamment les banques et autres services financiers ce qui n’était pas facile avant.
- Les organes de 14 coopératives sont complets et ont respecté le genre : 62 femmes sur 112 dirigeants (soit 55%) font partie de comités de direction, de surveillance et commissions diverses.
- Certaines coopératives ont pu acheter des propriétés notamment les maisons et les terres cultivables qui peuvent servir de garantie lors de la demande de crédit aux banques et institutions de micro finance.
- La plupart des coopératives ont pu travailler avec les institutions qui achètent leur production agricole et signer des contrats.

Le projet a donné de très bons résultats et les membres des coopératives sont très enthousiastes et confiants pour l’avenir. Les nouvelles attitudes et le changement de mentalité des membres l’égard des nouvelles pratiques agroécologiques sont encourageants. Cela  a non seulement bénéficié aux membres des coopératives mais aussi à leurs voisins, qui apprennent d’eux les meilleures pratiques agricoles. Ce projet nous a montré que l’augmentation des rendements et de la productivité agricole peut se faire grâce à l’agroécologie et un esprit d’entraide!

Merci pour votre soutien !

Les bénéficiaires lors d'une visite de notre chargé de programmes.


 

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés